Chargement en cours ...

Histoire de Saint-Cyprien


2015 Saint-Cyprien L
  ’histoire de St Cyprien est assez récente, la bande littorale n'ayant été aménagé qu'assez tardivement.
La plaine du Roussillon dans son ensemble n'a pas conservé sur son territoire de traces de l'activité préhistorique, le sol acide n'ayant pas permis la bonne tenue des restes de cette lointaine époque.
Ni les ibéro-ligures, ni les celtes (-500), ni les romains (-121) n'ont laissé de traces à St Cyprien. Les romains ont pourtant structuré la région, marquant les prémices des villages, ce que n'ont pas fait leurs prédécesseurs, ni leurs successeurs d'ailleurs (Wisigoths en 412, sarrasins en 739). En fait il faudra attendre l'arrivée de Charlemagne et l'instauration du système féodal (811) pour que se développent les villages, qui restaura en partie la situation en posant les principes d'une nouvelle administration. La monnaie circula de nouveau, des écoles furent crées, la population se hiérarchisa entraînant souvent la possession de privilèges pour les uns par rapport aux autres. Cette période est couramment appelée : « La Petite Renaissance ».
St Cyprien fut donc une fondation directement issue de l'époque carolingienne.

Au Xe siècle, le lieu était encore identifié du nom de l'antique villa romaine qui s'y trouvait, "Villa Sallix", transformé en "Villa Saulx", qui a donné par la suite "Villa de la Saussaie".
Avec l'arrivée des carolingiens, les églises se multiplièrent et le lieu, de nouveau habité par les pionniers francs, Le nom de ce saint a été choisi comme Saint Patron de l'église du lieu en 915 fut alors consacré à St Cyprien (915). Le nom de changea plus, comme ce fut le cas d'une partie des villages de la région, Le nom de ce saint a été choisi comme Saint Patron de l'église du lieu en 915.

928 est l'année de la 1ere trace d'une chapelle sur ce lieu. Elle était dédiée à St Etienne,
Le village était à cette époque le port d' Illibéris ico card , Elne. En fait, la mer arrivait jusqu'aux remparts d'Elne, mais elle n'était pas navigable. Il a donc fallu construire des infrastructures navales pour pouvoir embarquer et débarquer en toute sécurité, d'où l'origine du port de St Cyprien. Entre l'embryon de village et son port, la population pu se développer et le lieu fut peu à peu cultivé, et renommer Sancti Cipriani en 969.

En 991, le lieu est mentionné dans une charte, encore avec ses deux noms : Sallix alio nomine Sancti Cipriani. Dès le siècle suivant, le nom primitif semble avoir été évincé. On trouve Sent Sabria au xive siècle, puis St Cebria dels Says en 1451 et enfin simplement Sant Cebria à partir du XVIIe siècle.

Bien que le nom catalan soit plus proche de la forme populaire de Civran, celui-ci fut francisé sous la forme savante de Cyprien.

En catalan, le nom de la commune est Sant Cebrià de Rosselló ico card . Les habitants sont les Cyprianencs (Cebrianencs en catalan).

Lors du développement du secteur plage au début des années 1950, celui-ci fut baptisé sous le nom de Saint-Pierre par l'abbé Yan, peut-être en hommage au maire en exercice à l'époque, Pierre Escaro, ou aussi bien au premier patron-pêcheur jadis présent en ce lieu, Pierre Henric. L'appellation, bien qu'utilisée localement, fut officiellement abandonnée après l'élection du maire suivant, Jean Olibo, en 1956.
En 118 av. J.-C. ico card., apparaissent les premiers vestiges de Saint-Cyprien sur le site de la « villa Salix ico card », au milieu des marécages et des saulaies, non loin de Saint-Cyprien qui tient lieu de port annexe à l'antique Illiberis (devenue Helena au Ie siècle sous l'empereur Constantin, puis Elne). Une voie de liaison romaine voie Domitienne (Via Domitia) confirme bien les échanges commerciaux entre ces deux villages. Elne devient au VI e siècle le siège de l'Evêché. En 915 apparaît pour la première fois le nom de Saint-Cyprien, du nom d'un Saint martyr, évêque de Carthage. À ce village était associé le nom de « Vilarasa », puis en 928 celui d'une chapelle dédiée à Saint-Etienne.

1212 Région Iberique
Région Iberique en 1212
VIII-XII Comtats catalans's
À partir de 1212, la Reconquête espagnole (appelée Reconquista) prit de l’expansion et les terres progressivement abandonnées par les musulmans furent colonisées par les habitants venus du Nord. Les langues d’oc (ou langues occitanes) ont donné naissance au gascon, au languedocien, au béarnais, etc., ainsi qu'au catalan qui leur était très apparenté. Vers le XI e siècle, on peut dire que, grosso modo, le centre de la péninsule Ibérique était castillanisé, l’est et le nord était catalanisé, sauf au Pays basque où la langue basque avait résisté contre vents et marées. Quant au nord-ouest, il s’était « galicianisé » et donnera plus tard naissance au portugais.

En outre, certains idiomes issus du latin se sont développés dans les zones intermédiaires, tels que le léonais, une sorte de « dialecte de transition » entre le galicien et le castillan, et l’aragonais, qui se situerait entre le castillan et le catalan. Jusqu’au milieu du X e siècle, le castillan n’était pas une langue plus importante que les autres, c’était encore ce que certains appelleraient aujourd'hui « un obscur dialecte » parlé dans le centre et le nord de la péninsule.

Ce blason est très simple, il n'appelle pas de grands commentaires. Ici, le blason est "de gueules", c'est à dire "rouge". La cloche, elle, est "argent", donc blanche (c'est le terme héraldique). On peut juste ajouter qu'en héraldique, il y a deux sortes de couleur. Les "métaux" (or et argent, pour le jaune et le blanc) et les émaux (autres couleurs). Il existe une règle qui veut qu'on ne dispose jamais deux métaux l'un sur l'autre, ni deux émaux l'un sur l'autre. Pour les rares cas où ça arrive, on précise que l'élément est "cousu". Mais ce n'est pas le cas ici.

Explications
La ville de Saint-Cyprien s'agrandit, une église est construite au XIII e siècle et sa population est estimée à 350 habitants vers 1385. Elne comptait alors 2000 habitants. Les terres étant inondables, un réseau d'agouilles, de canaux et d'aqueducs est mis en place pour les assainir (canal d'Elne). L'Aygal, canal conçu pour évacuer les eaux vers la mer est d'un niveau inférieur à celui de l'étang d'où le renforcement de son entretien. La vie agricole est tournée vers l'élevage (pacage de bétail dans les prairies), la culture de céréales, le commerce maritime et la pêche constituant un revenu secondaire.
La ville de Saint-Cyprien s'agrandit, une église est construite au XIII e siècle et sa population est estimée à 350 habitants vers 1385. Elne comptait alors 2000 habitants. Les terres étant inondables, un réseau d'agouilles, de canaux et d'aqueducs est mis en place pour les assainir (canal d'Elne). L'Aygal, canal conçu pour évacuer les eaux vers la mer est d'un niveau inférieur à celui de l'étang d'où le renforcement de son entretien. La vie agricole est tournée vers l'élevage (pacage de bétail dans les prairies), la culture de céréales, le commerce maritime et la pêche constituant un revenu secondaire.
A partir du XII e siècle les templiers du Mas Deu eurent une grande influence dans la plaine Sud. Le premier précepteur de la principale commanderie templière de la région était Arnaud de St Cyprien (précepteur du Mas Deu de 1145 à 1155).
1145 Mas deu
Chevalier Templier Mas Deu
Dans les années suivantes, ils asséchèrent les nombreux marécages de la plaine, de l'étang de Salses à Argelès, rendant le littoral enfin exploitable. Les habitants de St Cyprien purent vivre de façon plus aisée.
Au traité des Pyrénées de 1659, conclu entre Louis XIV et Philippe IV d'Espagne, les Catalans perdirent la Catalogne du Nord au profit du Royaume de France. Cette région correspond aujourd’hui au département des Pyrénées-Orientales, dont la préfecture est Perpignan. Les catalanophones de France résistèrent aux nouvelles autorités et continuèrent à utiliser leur langue.

En 1700 fut construite l’église paroissiale dédiée à Saint Cyprien, construite sur l'emplacement d'une église romane dont subsistent quelques vestiges de l’ancienne église des 11ème et XIIIe siècles : une partie de la façade occidentale et l’ancien portail méridional. L’église contient cinq retables du début du XIXe siècle, un retable du chœur et 3 statues du XVIIIe siècle.
2004
Eglise de Saint-Cyprien
Avec un projet de rénovation en cours.

En première urgence il est nécessaire de résoudre les problèmes d’étanchéité qui affectent la façade et la toiture et de combattre la dégradation de contreforts. Il est tout aussi important de restaurer un vitrail.
La carte de Cassini du XVIII e siècle Commander par le Louis XIV en 1668, c'est la premiére carte du Royaume de france. Créé par plusieurs génération de cassini et achever en 1744.
Région de perpignan
Région de perpignan
Consultable dans son intégralité sur le site de geoportail .
Peu à peu, pour gagner du terrain sur les marécages, les habitants construisirent un réseau d'agouilles destiné à assainir les marécages.

Casa Margalida Fut construite en 1827, la population de Saint-Cyprien était de 403 habitants, la région commençais à peine à porter son intérêt.

Vers 1890, la population est de 845 habitants, avec 160 enfants. Il est alors prévu en 1898 la création d'un groupe scolaire et administratif (mairie, écoles, bureaux).

Peu à peu, pour gagner du terrain sur les marécages, les habitants construisirent un réseau d'agouilles destiné à assainir les marécages. En 1891, la population est de 845 habitants, dont 165 enfants. Le groupe scolaire est construit à cette époque, ainsi que la mairie.

En 1926, St Cyprien contient 1154 habitants, regroupé autour de la vieille église, mais aussi en deux hameaux, situé le long de la côte, hameaux à présent disparus suite à la 2e guerre mondiale : "Las Routas", et "L'Aygual" sont les lieux dits actuels où étaient ces hameaux.

Les terrains de « l'Aygal » vont être morcelés, et deviennent des terres cultivables : c'est la victoire en 1897 de l'agriculture sur l'élevage.
1907 Lavandiers
Les lavandier à l'entré du vilage sur les derniers agouilles

Jusqu'au début du XIXe siècle, la côte n'est pas habitée. Sur la carte d'Etat Major (début/milieu du XIXe siècle), ne figurent que des batteries côtières (Batteries Counillières, limite Canet/Saint Cyprien et Vigie, au sud près du Tech).
1920 Eglise
Eglise de Saint-Cyprien
En 1926, la population est de 1 154 habitants, essentiellement regroupés autour du vieux village, alors qu'il existait sur la côte deux petits villages aux lieux-dits « Las Routas » et « l'Aygual », détruits pendant la Seconde Guerre mondiale.

La guerre d’Espagne a entraîné le départ de plusieurs vagues de réfugiés vers la France, de 1936 jusqu’en 1939 où la chute de Barcelone provoque, en quinze jours, un exode sans précédent.
1936 La Retirade
Près d’un demi million de personnes franchissent alors la frontière des Pyrénées, dans de terribles conditions.
C’est la Retirada
En mai 1940, on compte 5 000 internés, en août 1940 3 168 (en raison du rapatriement des ressortissants du Reich), en octobre 1940 6 000 personnes. La mortalité était élevée (262 décès) notamment chez les jeunes enfants, en raison de la diphtérie. En octobre 1940, 3 870 hommes sont transférés vers le camp de Gurs avant leur déportation à Auschwitz. À l'été 1940, les autorités procédèrent au transfert de quelques volontaires vers les mines de sel de Theresienstadt en Pologne11. En 1941, plusieurs internés allemands participeront à la direction clandestine du Parti communiste d'Allemagne (KPD)12.

En 1947, le Ministère de la Reconstruction décide la construction d'un lotissement de 78 habitations, avec des fonds publics, pour reloger les familles de pêcheurs. C'est le point de départ de l'essor que connaîtra ensuite Saint-Cyprien.
1947 Services Publique
Mairie et écoles

1954, un autre lotissement est mis en route. C'était les bases de la station balnéaire actuelle. La route reliant le village et la plage est construite en 1959, la population est alors de 1 441 habitants. Trois ans plus tard, en 1962, un vaste programme d'aménagement du littoral est lancé, c'est la fameuse "Mission RACINE", elle marque le lancement officiel de la station balnéaire. On y met un bureau de poste, une gendarmerie, une piscine, 4 campings municipaux, etc. Puis, en 1954, un autre lotissement est mis en route. C’étaient les bases de la station balnéaire actuelle. La route reliant le village et la plage est construite en 1959.La population est alors de 1 441 habitants.
1955 Programme de la satation balneaire
Saint-Cyprien Plage
Trois ans plus tard, en 1962, un vaste programme d'aménagement est lancé, c'est le lancement officiel de la station balnéaire. On y met un bureau de poste, une gendarmerie, une piscine, 4 campings municipaux, etc.
1965 Programme de la satation balneaire
Saint-Cyprien Plage

En 1968, St Cyprien comprend 2592 habitants. Le port date de 1967, il accueille l'année suivante 300 bateaux, puis 700 en 1969.
Dans les années 2000, l'histoire de la commune est mouvementée au niveau politique : l'ancien maire Jacques Bouille est placé en détention préventive pour des soupçons de corruption et prise illégale d'intérêts. Le 24 mai 2009, l'ancien maire se suicide en prison par désespoir après 6 mois de détention provisoire. Son successeur désigné est son premier adjoint, M. Pierre Fontvieille. Mais ce dernier est également arrêté, puis placé en garde à vue dans les locaux de la Police Judiciaire de Perpignan. Selon les informations produites par le journal Midi-Libre, l'arrestation de Pierre Fontvieille serait liée à des « malversations touchant le fonctionnement de [la] mairie » de Saint-Cyprien. Il est libéré le 3 juillet 2009. depuis c'est Terms and conditions.
Saint Cyprien se trouve sur la Côte Radieuse, c'est le nom de la bande littorale où se trouvent les grandes stations balnéaires du département. Saint Cyprient est plutôt au Sud du département, juste avant Argelès. Pour y aller, la méthode la plus simple, au départ de Perpignan, est d'aller à Canet puis de bifurquer vers le Sud en prenant la route des plages. Sinon, vous pouvez y aller aussi en suivant la route d'Argelès et de tourner à hauteur d'Elne, puis Latour-bas-Elne avant de rejoindre Saint Cyprien village. Mais c'est plus long.
2012 Elne
Elne avec le canigou enneigé
Ville de la plaine du Roussillon, St Cyprien ne possède pas un grand patrimoine historique. A son actif, une tour du XVIIe et XVIIIe siècle, et son église paroissiale église paroissiale, dédiée St Cyprien bien sûr. Elle date du XVIII e siècle et fut construite sur l'emplacement d'une église romane dont subsistent quelques vestiges. Elle contient cinq retables du début du XIXe, un retable du chœur et 3 statues du XVIIIe.

Le territoire de St Cyprien possède néanmoins un ancien hameau aujourd'hui disparu, mais dont il reste la chapelle : Villerase.

la chapelle Etienne de Villerase est attesté dès juillet 904, année durant laquelle Réculfe, évêque d'Elne, reçoit les salines sises sur son territoire. La chapelle fut plusieurs fois inondée, dû à sa situation géographique. Les limons se déposant, la chapelle fut plus bas que le niveau du sol. On corrigea ce problème en linéarisant le sol récemment, ce qui sauvegarda la chapelle.

Cette chapelle fut le point de départ d'un village nommé Villerasa qui a disparu au profit d'autres lieux proches.

La chapelle a été modifiée de nombreuses fois depuis sa construction. Initialement doté d'une charpente en bois, cette dernière fut remplacée par une voûte durant le courant du XII e siècle. C'est probablement à cette époque que fut construit le chœur en demi-cercle, qui a remplacé le chœur quadrangulaire originel. À la suite de ces transformations l'église a été consacré une deuxième fois le 11 mars 1150.

La façade occidentale a été refaite en 1867, époque où le petit clocher fut construit. Elle contient un navire ex-voto et un banc de 1776. En 2004 la mairie de St Cyprien fait faire des travaux pour sa rénovation.

LA PLAGE DE L'ART
L’ « Art », qui se prononce « Arte » en catalan, veut dire « filet ».
La pêche à l'art consistait à traîner un long filet de la plage vers la haute mer, puis de le ramener à la plage.
On appelait ces pêcheurs des "artmanos".

LA FONTAINE DU PORT
2012 Saint-Cyprien
Fontaine du port de Saint-Cyprien
N'importe quel passant sur le port ne peut éviter la fameuse fontaine, elle date de 1991.
Non seulement elle est décorative, mais elle est utile : Elle sert à nettoyer le port.
Elle récupère l'eau au bout de la jetée et l'injecte dans le port, ce qui le nettoie.
Il n'y a plus de mauvaises odeurs, et la faune et la flore recolonise lentement les eaux du port.
La fontaine représente le logo de la ville, elle a été taillée dans la pierre de Thuir par Yasmine Hurbourg, Jean Pelletier, Charles Cervantes et Pierre Renart, du club de sculpture de l'atelier artistique de St Cyprien.

PARCS ET JARDINS
2016 Saint-Cyprien
Parc de la Prade
St Cyprien, compte beaucoup d'espaces verts, de fontaines, de lieux plus reposant les uns que les autres.
Mais comprend principalement deux poumons verts, deux lieux magiques pour se balader en famille, faire du sport, se ressourcer, se détendre...

Plan quartier

Le Port : quartier situé à l'est, troisième port de plaisance d'Europe;
Les Capellans : quartier situé au sud, complexe sportif, parc aquatique Aqualand;
L’Aygual: quartier situé au nord, lotissement ;
Le Rapatel Las Planas : quartier à l'est, constitué de lotissement, caserne de pompier ;
La Prade : quartier central, collège, crèche, médiathèque ;
La Vigie : quartier central, composé de lotissement ;
Le Village : quartier situé à l'ouest, mairie ;
Las Hortes : quartier situé à l'ouest, cimetières ;
Las Masardes : quartier situé à l'ouest, lotissement ;
Le Golf : quartier situé au nord, golf ;
Plage de la Lagune : quartier situé au sud, quartier touristique : camping et hôtels ;
Plage de l’Art : quartier situé au nord-est, plage, marchés.
Palau del Vidre
Village du verre depuis le XVIII e siècle, vous invite à un voyage unique au coeur de l''Art du verre.

Saint-Cyprien
Georges Mateus

Deux ateliers, la Verrerie d'Art Jorge Mateus et le Palais des Verriers, vous proposent une découverte du travail du verre, un savoir-faire traditionnel. Laissez vous séduire par la magie du verre, matière noble et pure, faite pour la création.

15/10/2020